logo artefact

À propos

Artefact Édition est une entreprise unipersonnelle dirigée par Thomas Pogu
sous le statut de l’auto-entrepreneur.

Statut

Simple et flexible, ce statut permet à une entreprise ou un particulier de faire appel à un professionnel indépendant, qualifié et expérimenté, dont les prestations ne nécessitent pas de contrat de travail ni de formalités administratives et ne sont pas soumises, pour le client, à des charges sociales.

Pour connaître les tarifs ou demander un devis adapté à votre projet éditorial, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire présent sur le site.

Parcours professionnel

Après un Master de langue et littérature chinoises ainsi qu’une Licence professionnelle Métiers du livre, suivis de stages dans des petites comme de grandes maisons d’édition, Thomas Pogu a débuté son activité d’éditeur indépendant sous le statut de l’auto-entrepreneur en avril 2012 et n’a cessé, depuis lors, de travailler pour les plus grandes maisons d’édition (Gallimard, Flammarion, Robert Laffont) et parmi les collections les plus prestigieuses (NRF essais, Folio essais, Folio histoire, Série noire, Champs, Bouquins, Au fil de l’histoire).

Notamment spécialisé dans les ouvrages de sciences humaines, il n’en néglige pas moins la littérature, que ce soit à titre professionnel (lecture de manuscrits et révision de traductions pour la Série noire) comme personnel (voir ci-contre).

Publications personnelles

Couverture du livre Le Tombeau des amants

Le Tombeau des amants.
Conte chinois de la fin des Ming

Traduit du chinois et annoté
par Thomas Pogu. Préface de Pierre Kaser.
Éditions Cartouche, coll. « Classiques », janvier 2012, 64 pages, 12 €.

Contrairement à ce que l’on aurait tendance à croire, le thème de l’homosexualité n’est pas rare dans la littérature chinoise, notamment à la fin de la dynastie Ming (1368-1644), mais ce motif particulier reste invariablement traité, à cette époque, au sein d’un genre érotique qui laisse peu de place à l’expression de sentiments véritables et profonds.
Le Tombeau des amants, composé quant à lui vers 1635 par un auteur qui ne nous est connu qu’à travers le pseudonyme de Langxian, est le seul à évoquer une belle – quoique tragique – romance entre deux jeunes étudiants, et ce sans jamais sacrifier à la crudité et à la facilité de scènes lestes. La traduction de ce conte chinois inédit en français s’est attachée à restituer dans son intégralité la remarquable qualité littéraire de ce texte unique en son genre qui ravira tous les amateurs d’histoires d’amour, quels que soient leurs modes et leurs lieux d’expression.


Couverture du livre Claude Le Petit, Œuvres libertines

Claude Le Petit, Œuvres libertines
Édition présentée, établie et annotée
par Thomas Pogu.
Éditions Cartouche, coll. « Classiques », septembre 2012, 352 pages, 19 €.

Figure avant l’heure du poète maudit, hédoniste, parti en exil pour avoir tué un moine avant que d’être brûlé sur le bûcher à l’âge de vingt-trois ans pour ses « compositions de vers et de prose pleines d’impiétés et de blasphèmes contre l’honneur de Dieu, de la Vierge et de l’État », Claude Le Petit n’avait pas été réédité depuis trop longtemps.
Pour les 350 ans de sa mort, ce volume lui rend hommage en rassemblant ses œuvres les plus savoureuses : L’École de l’Intérêt et l’Université d’Amour, L’Heure du berger pour la prose, avec ce qu’il nous reste de ses recueils de poésies : Le Bordel des Muses, Paris ridicule et Madrid ridicule, mais aussi quelques autres poèmes « de jeunesse » qui nous font redécouvrir l’étendue du talent d’un auteur libertin du xviie siècle injustement oublié de nos contemporains.